Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/12/2011

Condamnation de Jacques Chirac: réaction de l'ancien ministre Jean Charbonnel

M. Jean Charbonnel, ancien ministre du général de Gaulle et de Georges Pompidou, président de la Convention des gaullistes sociaux pour la Ve République, a déclaré :

Le Tribunal correctionnel de Paris vient de rendre son jugement dans le procès intenté à M. Jacques Chirac, ancien président de la République.

J'en prends acte. Mais je pense que M. Chirac mérite un autre procès, celui de ses responsabilités à l'égard du gaullisme et de la République.

J'estime en effet que les responsabilités encourues par M. Chirac au cours de sa vie publique ne s'arrêtent pas aux affaires qui lui ont été reprochées. Elles concernent aussi, plus généralement, les conditions dans lesquelles il a brisé le gaullisme politique dont il se réclamait et a mis en cause les fondement mêmes de la Ve République: sa légitimité; ses institutions, qu'ont bouleversées les cohabitations et le quinquennat; les rapports de l'Exécutif avec la volonté populaire dont l'expression a été plusieurs fois bafouée.

Sur tous ces plans, le pays a le droit de connaître, au-delà des faux-semblants des attitudes et des mirages de la démagogie, la réalité des faits. Je m'y emploierai, avec la seule arme qui vaille: celle de la vérité. C'est dans cet esprit que je viens de publier un livre "Pour l'honneur du gaullisme - Contre-enquête sur un héritage" (Riveneuve Éditions).

Publié dans Communiqués | 13:00 | Lien permanent | Commentaires (0)

20/03/2009

Communiqué OTAN

Réuni sous la présidence de Jean Charbonnel, ancien ministre du général de Gaulle, le bureau de la Convention des gaullistes sociaux pour la Ve République a déclaré :

«Nous prenons acte de la décision du président de la République et du gouvernement de conduire la France à un retour complet dans le commandement militaire intégré de l'OTAN.

Nous rappelons que cette décision avait déjà été préparée et largement mise en œuvre par les présidents Mitterrand et Chirac, ce qui ôte toute crédibilité aux protestations actuelles de ceux qui avaient alors soutenu leur politique, et qui n'ont donc aujourd'hui aucune leçon de gaullisme à donner à quiconque.

Nous constatons que l'existence et l'autonomie de notre force de dissuasion, garante de l'indépendance nationale, n'est pas remise en cause, ce qui demeure fondamental pour nous.

Nous concevons que les circonstances internationales se sont profondément modifiées depuis 1966 et qu'il importe désormais de renforcer le combat qu'impose le développement du terrorisme international.

Nous nous interrogeons, toutefois, sur l'opportunité qu'il y a, pour mener efficacement ce combat, à constituer autour des États-Unis un bloc des nations occidentales isolé du reste du monde, au risque de faire de l'OTAN le simple bras armé des volontés américaines.

Nous souhaitons donc que le gouvernement français puisse contribuer à faire évoluer cette situation, en particulier en créant une défense européenne qui n'est encore que virtuelle. Au cas où il n'y parviendrait pas, nous souhaitons qu'il fasse le bilan devant l'opinion publique de l'opération dans laquelle il s'engage, et en tire la conséquence logique en sortant d'une OTAN devenue inutile, et en contribuant à renforcer les moyens de l'ONU, seule organisation capable d'imposer, dans la justice, la paix dans le monde».

 

Nous croyons bon de rappeler que Jean Charbonnel est un des cinq ministres survivants du Conseil des ministres historique de février 1966 où le général de Gaulle, sur rapports de Pierre Messmer et Maurice Couve de Murville, a annoncé son intention de retirer la France de la structure intégrée de l'OTAN. Cette décision, adoptée à l'unanimité du Conseil, a été notifiée le 7 mars au président des États-Unis.

Publié dans Communiqués | 23:55 | Lien permanent | Commentaires (0)

14/01/2009

Communiqué

Le bureau de la Convention des gaullistes sociaux pour la Ve République a tenu sa première réunion à Paris le 14 janvier 2009.

Il a élu MM. Jean Charbonnel président, Paul Benyamine vice-président trésorier, Jérôme Baloge secrétaire général, MMes Diane le Béguec et Frédérique Coffinières-Duvallès, MM. Laurent Pelvey et Julien Serey, administrateurs.

Un large tour d'horizon a porté sur la situation nationale et internationale. Il a permis au bureau de préciser la vocation de la Convention à devenir le pôle de rassemblement des gaullistes attachés à la fois aux principes permanents du gaullisme et au progrès social, et de confirmer sa politique de soutien, sans inféodation, à l'actuelle majorité.

Publié dans Communiqués | 23:55 | Lien permanent | Commentaires (0)